Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

4ème Mission de Supervision du PTM

PIC_0233.JPGUne Mission de la Banque Mondiale a séjourné en RDC du 12 au 24 mars 2012, pour la Supervision du Projet de Transport Multimodal. Conduite par Jean Charles CROCHET, le Nouveau Chargé de Projet, la délégation de la Banque Mondiale était constituée de Pierre Pozzo di Borgo (Responsable Principal des Investissements, Société Financière Internationale), Lucien André Aegerter (Chargé des Opérations), Pablo Goulemot (Expert Financier).

La Mission avait pour objectif d’évaluer le financement additionnel annoncés au Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) , passer en revue avec les autorités gouvernementales les progrès accomplis dans l’exécution du PTM, de revoir en particulier la conformité des engagements légaux et les progrès dans la réforme des entreprises du secteur, et de mettre à jour le plan d’actions de mise en œuvre des prochaines étapes du projet ; Discuter avec les Entités de Mise en Œuvre du projet (SNCC, SCTP, RVA, CVM, RVF, Min TVC) des procédures et des progrès de mise en œuvre des activités du PTM les concernant ; et passer en revue les aspects de passation des marchés et de la gestion financière du PTM afin de mettre à jour le plan de passation des marchés et les projections de décaissement du financement de l’Association Internationale de Développement (IDA).

Pour ce qui est de l’évaluation du financement additionnel pour le PTM : Discuter avec la SNCC son plan d’investissement mis à jour pour les cinq prochaines années, ses projections financières, et ses priorités de dépenses ; Revoir avec les autres entreprises publiques et départements concernés par le projet leurs priorités d’investissement dans le cadre de leur stratégie de réforme ;  Revoir avec le Gouvernement ses engagements financiers réalistes en faveur du projet ; Discuter et, si possible, arriver à un accord préliminaire sur le contenu du

quatre jours a permis à la mission de mesurer l'importance des enjeux, des attentes et des besoins de cette entreprise de transport multimodal.

Pour bien faire les choses, la mission a passé en revue les réalisations du PTM en 2011 au bénéfice de la SNCC et fait des projections financières à l'horizon fin mars 2012. Les séances de travail entre les dirigeants de la SNCC, de l'Unité du Projet basé à Lubumbashi et le Chef du Projet ont porté sur le plan de stabilisation et redressement de la SNCC de 2011 à 2015 et l'analyse des activités sur le financement additionnel de l'IDA.

 

Financement additionnel de 180 millions USD de la Banque mondiale

 

Pays aux dimensions géographiques énormes, la RDC doit impérativement relever le défi des transports. L'état de délabrement avancé des infrastructures de transports ne facilite pas le déplacement des personnes et de leurs biens. Au-delà, la compétitivité de l'économie nationale dépend, entre autres, d'un système de transport multimodal (aérienne, ferroviaire, fluvial, lacustre et maritime) performant. Ainsi, pour remédier à la situation peu reluisante des transports, le gouvernement a mis au point le Projet de Transport Multimodal (PTM).Ce projet concerne les entreprises publiques ci-après : la SNCC, SCTP, RVA, CVM et RVF.

Le projet co-financé par le Gouvernement Congolais et la Banque Mondiale est déjà sur les rails. Une année après son lancement, le PTM pourrait bénéficier déjà d'un financement additionnel de 180 millions de dollars américains don de l’IDA, le guichet concessionnel du Groupe de la Banque mondiale. Le financement additionnel de la Banque mondiale s'ajoute aux 255 millions de dollars US accordés pour sa mise en vigueur en avril 2011. C'est la bonne nouvelle apportée par la 4ème mission de supervision du PTM en RDC.

Apres ces séances de travail avec les responsables de la SNCC, le Coordonnateur de la CEPTM et le coordinateur de l’UPL, la délégation conduite par le Directeur des opérations de la Banque Mondiale en RDC et le Congo, Eustache Ouayoro, a été reçu par le gouverneur de la Province du Katanga, Moïse Katumbi pour faire une présentation horizontale des différents Projets de la Banque mondiale au Katanga.

Apres cette séance, La Mission de Supervision a échangé avec les directeurs et cadres de la SNCC. Un moment d'échange très fructueux entre la mission et les employés de la SNCC par rapport à leur perception du PTM à la SNCC. La mission a pu recueillir leurs attentes au plan social. Cet échange s'est soldé par une satisfaction dans les rangs de cadres et directeurs de la SNCC, mais aussi par l'espoir de voir la SNCC comptée parmi les entreprises stratégiques à relancer dans le cadre de la Reforme engagée par le gouvernement congolais.

Dans ses contacts avec les clients, opérateurs économiques du secteur minier et les partenaires de la SNCC, le chef du Projet a voulu entendre leurs propositions de collaboration et de partenariats, mais aussi bien cerner leurs difficultés et réclamations. Jean-Charles Crochet les a personnellement informés du soutien financier que la Banque Mondiale apporte dans le cadre du redressement de la SNCC et du financement additionnel accordé afin d'améliorer très sensiblement les capacités de service de la SNCC. Par ailleurs, il a sollicité leur implication dans la mise en œuvre du PTM.

Pierre Pozzo di Borgo, le Chef de Projet sortant, n’ a pas manqué de rappeler aux uns et aux autres l'intérêt de ce projet pour le redressement de la SNCC qui va redonner à celle-ci son importance économique et stratégique dans l’économie de la RDC. " Dans de nombreuses régions enclavées des sept provinces que la SNCC dessert, le chemin de fer est le seul moyen de communication avec le monde extérieur pour les populations locales. L'effondrement de cette entreprise n'aurait pas seulement un impact négatif sur les prix des biens à la consommation, mais aussi sur l'accès aux marchés locaux et régionaux. Le plan de redressement de la SNCC soutenu par le Projet de transport multimodal est donc de la plus haute importance pour les populations desservies par le rail et contribue ainsi à la lutte contre la pauvreté en RDC ", a-t-il soutenu.

Le Projet permettra non seulement d'améliorer la qualité de service ferroviaire, il régularisera également le paiement des salaires et le règlement de problème de la mise en retraite des agents éligibles pour 2009, 2010, 2011 et 2012.

Dans la foulée, il y a eu la visite d'inspection du tronçon de voie ferrée partant de Lubumbashi à Lukuni, situé à 40 km de la ville sur la ligne ferroviaire Lubumbashi-Likasi. Cette descente sur terrain a été organisée pour se rendre compte de la situation de dégradation des rails.

Apres deux jours dans l'environnement de la SNCC, la mission de Supervision a enfin effectué une visite du réseau ferré. Par avion et par train, la délégation conduite par Eustache Ouayoro, a visité les infrastructures ferroviaires des villes de Lubumbashi, Kolwezi, Kalemie et Kananga. De retour à Kinshasa, la quatrième mission de Supervision a eu des entretiens avec toutes les  entreprises bénéficiaires du PTM ainsi que les autorités politiques du pays.

Les commentaires sont fermés.