Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le PTM a vocation à simplifier les procédures du commerce international

rdc_mae.gif2 millions $ US sont consacré dans le financement de l’IDA au Projet de Transport Multimodal, par l’entremise de la  Banque Mondial dans la facilitation du commerce en RDC. Une enquête concernant le trafic de camions sur les corridors Ouest : Matadi-Kinshasa-Kikwit et Sud, Kolwezi-Tenke-Kasumbalesa financée par le fonds de facilitation du commerce (Trade Facilitation Facility, TFF) est lancée dans le cadre d’exécution du PTM.

La compagnie de consultants sélectionnée à travers un processus de sélection compétitif est la firme Carana Corporation sera bientôt chargée à mener à bout ses études. Les Unités de Projet à Kinshasa et à Lubumbashi, ont confirmé leur appui logistique à l’équipe Carana pour l’organisation des enquêtes sur le terrain.

Et dans le préparatif pour la mise en œuvre des accords régionaux sur commerce international et à la lumière des études en cours sur la facilitation du commerce international, le PTM soutiendra la conception d’une stratégie de simplification des procédures du commerce international et la rédaction d’un plan d’action y associé, comprenant les investissements en matériels, équipements et infrastructures de base destinés à faciliter le flux de biens le long des principaux corridors de transport pour le commerce international en RDC et aux postes frontières. Il est opportun d'indiquer que la facilitation du Commerce international contribue à reduire les couts de transit et le prix des biens importés, et à améliorer la compétitivité des biens exportés.

A cet égard, il convient de noter que l'amélioration des conditions de circulation au niveau de tous les Corridors est nécessité pour l'interconnexion de l'Afrique et le développement de ses populations. Elle est le moyen par lequel les communautés économiques régionales peuvent rapprocher leurs populations respectives et promouvoir la gestion de la chaîne logistique internationale en vue de garantir la sécurité, le bien-être et le développement de tous. Comme l’a soutenu, le Ministre de Transports et Voies de Communication, Joseph-Martin Kitumba, à la 6ème Forum consultatif des parties prenantes de l'Autorité de coordination du transport de transit du Corridor Nord (ACTT-CN), qui s'est tenu le 03 avril à Kinshasa, « En ce moment de mondialisation croissante, le monde des affaires a besoin de voir ses capacités renforcées en matière de la maîtrise des pratiques commerciales internationales ».

Il faut souligner que la question du commerce Internationale entre les Etats des différents  Corridors évoque sans doute la concertation permanente des parties prenantes de la chaîne logistique de transport dans le cadre du partenariat entre les secteurs public et privé. C’est qui a justifié, les concertations tenue à Lubumbashi entre le chef du Projet PTM, Jean Charles CROCHET et différents partenaires principaux et clients de la SNCC à Lubumbashi lors de la 4ème Mission de supervision du PTM, tenue du 12 au 14 mars dans cette province.

Lors de la cinquième réunion à Kampala, le Forum des Parties Prenantes s'était fixé comme objectif l'amorce des concertations entre les Opérateurs Economiques et les institutions gouvernementales en vue d'une amélioration du flux du trafic et du commerce au sein du Corridor Nord. A ce stade, il me paraît important de souligner l'attention particulière que la République Démocratique du Congo attache à la facilitation de la circulation des personnes, des biens et des véhicules le long du Corridor Nord et à la promotion du commerce entre les Etats membres : cheval de bataille de l'Autorité de Coordination du Transport de Transit. S'agissant du flux du trafic, il sied de rappeler que, d'après une étude des coûts de transport menée par le Secrétariat exécutif la route du Corridor Nord est classée parmi les plus chères en Afrique, dans le cadre des affaires, avec plus de 40 % du coût du commerce dus aux barrières non-tarifaires.

A ce propos, il y a lieu de préciser qu'un Corridor de transport est, par nature, une structure multimodale, fournissant une connexion économiquement efficiente entre des centres d'activités économiques définies habituellement entre une ou plusieurs zones enclavées d'un ou de plusieurs pays à un pays voisin ayant un accès maritime. Ainsi, le Corridor Nord, est une voie multimodale qui relie le port de Mombasa aux pays de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique Centrale dépourvus de littoral à savoir : l'Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la République Démocratique du Congo. Le Corridor- Nord relie également le port de Mombasa au Soudan du Sud, à l'Ethiopie et au Nord de la Tanzanie. Il comprend un réseau routier qui va de Mombasa à Kampala en Ouganda, Kigali au Rwanda, Bujumbura au Burundi ainsi qu'à Goma et Kisangani en République Démocratique du Congo. Il comprend aussi un réseau ferroviaire qui va de Mombasa à Kampala, un oléoduc de Mombasa à Nairobi et un système des voies navigables intérieures sur le lac Victoria. Le Corridor Sud relie la RDC à la zambie et l’angola et le Corridor ouest, composé du Congo-Brazzaville et de l’Angola.

Les commentaires sont fermés.