Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Levée des mesures de suspension de décaissements du fonds prévue dans le PTM en faveur de la Régie des Voies Aériennes, RVA.

DSCF.jpg

La Cellule d’Exécution du Projet de Transport Multimodal (CEPTM), annonce la première retombée de la 5ème Mission de Supervision du PTM en RDC,  à savoir : la levée de la  mesure de suspension de décaissements des fonds en faveur de la Régie des Voies Aériennes, RVA.

A cet effet, les processus ont donc repris pour les marchés initiés en faveur de cette entreprise publique. Il s’agit notamment de  la fourniture et installation d’un système de gestion et de surveillance de l’espace aérien de la RDC et formation des utilisateurs, afin d’adapter le système de surveillance de l’espace aérien congolais à la demande de l’OACI, marché signé avec la firme française THALES, avec qui les négociations ont repris pour remettre en vigueur ledit contrat ;  la fourniture des équipements d’aide à la navigation dont les négociations sont en cours avec la firme adjudicataire, l’étude d’un plan de développements des aéroports secondaires sous gestion de la RVA et enfin l’étude sur la création d’une zone fret à l’Aéroport international de N’djili dont les processus de passation de marché sont aussi arrivés au stade de négociation des contrats avec les firmes retenues.

Le PTM, dans sa composante 2, prévoit 25,45 millions $ US pour le renforcement de la performance opérationnelle des Entreprises Publique du secteur de transport multimodal (RVA, RVF, CVM, SCTP) et l’amélioration de la gouvernance de ces entreprises. Sur ce fonds, l’appui à la RVA (Régie des Voies Aériennes) est de 10,00 millions $ US.

Dans le cadre de sa restructuration, la RVA est engagée dans un programme, avec un appui technique et de gestion de l’ADPI (Aéroport De Paris Ingénierie), pour réhabiliter les installations existantes des aéroports et de la circulation aérienne, rationaliser les opérations et renforcer les capacités internes. Ce programme, qui sera exécuté sur une période de 10 ans, est conçu pour aider l’entreprise à améliorer considérablement la sécurité, à accroître sa capacité et à augmenter à la fois le volume des trafics passagers et frets sur ses aéroports.

Le transport aérien en RDC reste l’un des meilleurs moyens d’accéder à certaines régions isolées au départ de la capitale du pays et est actuellement vital au commerce intérieur. Le pays dispose d’un total de 270 aérodromes publics et privés, dont 5 seulement sont des aéroports internationaux, à savoir Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani, Goma et Gbadolite.

Les commentaires sont fermés.